Les images arrivent...

Iridium NEXT le futur

Constellation Iridium actuelleL’utilisation de l’Iridium prend une place grandissante chez les navigateurs hauturiers. La sécurité de pouvoir joindre en mer sa famille à tout instant, ou de pouvoir contacter un service médical en cas d’urgence, sont des arguments souvent évoqués par les acquéreurs. De plus, le téléphone satellite offre des services de données permettant d’envoyer et recevoir des SMS et des mails, et surtout faire des requêtes de fichiers météo GRIB. Malheureusement, à ce jour la bande passante offerte pour les échanges de données est extrêmement réduite, n’autorisant pas plus de 2400 bits par seconde en moyenne pour un usage à partir d’un téléphone mobile. Seules les grosses installations fixes, hors de portée du plaisancier moyen, offrent des débits jusqu’à 128 Kbps.

Et demain ? Iridium Communications Inc., basée à McLean, en Virginie (USA), a annoncé en juin 2010, le lancement d’un programme majeur de développement d’une constellation de satellites de nouvelle génération, venant peu à peu remplacer celle actuelle : Iridium NEXT.

Ces satellites, plus puissants et d’une longévité accrue, permettront une extension et une amélioration importantes des services de communications mobiles avec, comme à présent, une couverture continue de 100% de la surface de la Terre. Iridium NEXT offrira principalement :

  • Des vitesses de données plus élevées (1,5 Mbps au lieu des 128 Kbps actuels).
  • Des services data et des dispositifs mobiles plus puissants (3G/4G)
  • Les avantages de la technologie IP.
  • Rétro-compatibilité avec les appareils et les applications actuels.

Une constellation unique

Comme la constellation actuelle Iridium, Iridium NEXT comprendra 70 satellites en orbite basse (environ 780 km d’altitude) :

  • 66 satellites opérationnels en remplacement de la constellation actuelle
  • 6 satellites de secours en orbite
  • 8 satellites en réserve à terre

Calendrier du déploiement

  1. Début 2015 : Premier lancement des satellites
  2. 2015-2016 : Déploiement de la constellation
  3. 2017 : Constellation Iridium NEXT entièrement déployée

Iridium NEXTChaque satellite Iridium NEXT sera relié à quatre autres satellites, deux dans le même plan orbital et un dans chaque plan adjacent. Ces liens créeront un réseau dynamique dans l’espace. Le trafic sera acheminé entre les satellites Iridium sans toucher le sol avec un débit entre satellites de 8 Mbps, assurant une connexion fiable. Iridium NEXT sera virtuellement inaccessible aux catastrophes naturelles, y compris les ouragans, les tsunamis et tremblements de terre, qui peuvent endommager les antennes et les câbles terrestres basés au sol.

La société franco-italienne Thales Alenia Space a remporté le marché pour la construction et la fourniture de la totalité des 81 satellites planifiés. Le contrat signé avec Iridium, porte sur un montant de 2,1 milliards de dollars (*). À la suite de l’élargissement du champ du projet, le coût total prévisionnel d’Iridium NEXT, y compris tous les coûts associés au développement, la fabrication et le lancement de la constellation, devrait atteindre environ 2,9 Md$. En outre, Iridium a obtenu une autorisation de procéder (ATP), qui permet à Thales Alenia Space de commencer immédiatement les travaux sur le développement de satellites avant la fin du financement, avec pour prévision de lancer les premiers satellites au cours du premier trimestre de 2015.

Mais encore ?

Plusieurs bonnes nouvelles devraient nous réjouir, nous autres plaisanciers. D’abord la compatibilité, avec nos appareils Iridium actuels, des futurs services Iridium NEXT (peut-être tout de même pas les plus anciens). Des mises à jour de firmware seront probablement à prévoir, mais c’est peu de chose. Ensuite des services data avec des débits bien plus rapides – on peut espérer 56 Kbps au lieu des 2,4 Kbps actuels – permettant d’accéder à Internet, et surtout de charger des fichiers GRIB de grande taille, des cartes météo synoptiques ou encore des images satellites, comme celles fournies par le service Navimail de Météo France. Ces nouveaux services à haut débit ne devraient pas augmenter les coûts de communication, à condition de rester raisonnable sur l’utilisation que nous en ferons.

De bien bonnes choses en perspective. Plus que 5 ans à attendre !

(*)  Financé par un syndicat de neuf banques internationales pour 1,8 Md$ et garanti, avec l’accord du gouvernement français, à hauteur de 95% par la COFACE. Le solde étant autofinancé par Iridium Communications Inc.
Iridium Announces Comprehensive Plan for Next Generation Constellation

Articles relatifs :
http://blog.francis-fustier.fr/tag/iridium/

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail

Les commentaires sont clos pour cet article.