Navigation Mac

Le blog

iNavX et iSailor offrent toujours plus de fonctions

L’année 2015 à peine commencée, les développeurs nous livrent déjà les évolutions de leurs applications, probablement élaborées entre deux coupes de champagne pendant les fêtes. Je considère iNavX et iSailor comme les deux meilleures applications de navigation à ce jour sous iOS. Ce sont celles qui offrent les fonctions les plus étendues et le choix des meilleures cartographies.  Elles ont chacune leurs qualités et leurs défauts, et je profite des nouveautés apportées par leur récente mise à jour pour tenter un rapide comparatif fonctions/prix.

Attention, l’exercice reste lié à une vision instantanée, valable aujourd’hui mais rapidement obsolète demain, tant les évolutions sont rapides dans ce domaine. D’autre part il est toujours difficile de faire la part des aspects objectifs et subjectifs dans un comparatif, je m’y suis déjà confronté par le passé (¹).

iNavX 4.1.3

Cette version, livrée depuis quelques jours, ajoute essentiellement des amélorations aux nombreuses fonctions déjà présentes.

  • Météogramme graphique

Associé à l’option d’affichage météo proposée en option avec Theyr.com (²), un tap n’importe où sur la carte lorsque les prévisions sont affichées permet d’accéder au météogramme des données prévues pour cette localisation. Le choix des unités s’effectue dans les préférences de l’application.

  • Export des waypoints, routes et traces

En plus des transferts vers le compte X-Traverse qui permet ainsi de sauvegarder ces données, iNavX permet d’exporter par la fonction “Ouvrir dans”, via AirDrop, et aussi vers iCloud Drive (si activé dans les réglages de l’appareil).

  • Pression barométrique

Avec les iPhone 6 et 6+ est apparu un capteur de pression atmosphérique intégré. iNavX affiche la pression barométrique « BPR » dans le ruban des instruments, avec un zoom graphique enregistrant la pression des dernières 24 heures.

iSailor 1.7.2

Cette version apporte de nouvelles options par abonnements et une amélioration réclamée depuis longtemps : la possibilité d’activer et désactiver l’affichage des secteurs des feux sur la carte.

  • Marées et courants de marées

Le calcul des marées dans iSailor est effectué sur la base des quatre principales harmoniques ainsi que des corrections en eaux peu profondes. Le processus de calcul est basé sur la Méthode Harmonique Simplifiée des Prédictions de Marées qui peut être trouvée dans différentes publications, comme les Admiralty Tide Tables (Tables des marées de l’Amirauté Britannique). Il est précisé que les résultats de cette méthode peuvent présenter des « différences mineures » avec les tables des marées officielles. Il s’agit d’une option par abonnement annuel.

  • Guides de navigation

Ils contiennent toutes les marinas, les ports de commerce et de pêche, et les mouillages d’une zone géographique, comprenant des informations détaillées sur les moyens de contact (VHF, téléphone, mail, site web), les facilités, l’accès, etc. Les guides de navigation sont accessibles par un nouvel onglet du tiroir latéral. Les deux premières zones disponibles sont La Méditerranée et les Caraïbes. Les sites sont représentés sur la carte par une icône spécifique, un tap permettant d’accéder aux infos dans le tiroir latéral. Chaque guide est une option par abonnement annuel.

Comparatif des fonctionnalités

Les deux applications  proposent les mêmes fonctions de base. En plus de la gestion des waypints, routes et traces, on retrouve les alarmes et les alertes assez complètes (waypoint activé, mouillage, AIS, connexion WiFi, etc.) mais avec un traitement sensiblement différent. Les fonctions d’import/export sont nettement plus étendues dans iNavX, ainsi que les réglages de l’affichage des cartes qui présentent une palette bien plus étendue d’options.

La gestion des cartes (achat, téléchargement, mise à jour) est bien plus simple dans iSailor, puisque les achats sont intégrés (in-app). Au contraire de iNavX où les achats via le serveur X-Traverse sont un vrai casse-tête pour les utilisateurs.

Concernant les fonctions avancées, interface NMEA, support AIS, données Météo, la palme revient à iNavX qui a affiché dès l’origine une volonté d’intégration avec tous les instruments de navigation, au moyen du support NMEA0183 et NMEA2000 et du protocole TCP/IP. Une fonction de requête et d’affichage de fichiers météo GRIB via X-Traverse, ou via le serveur Saildocs par messagerie Mail ou satellite (Iridium, XGate). iNavX ne fournit pas directement le calcul des marées, mais s’interface avec l’application AyeTides qui propose les hauteurs d’eau de 10.000 stations dans le monde. iSailor propose des connexions NMEA0183, mais limitées aux instruments de navigation : GPS, Vent, Sondeur, AIS. Par contre l’option Marées & Courants affiche des vecteurs de courants sur la carte avec direction et vitesse instantanée en temps réel. Reste à en vérifier l’exactitude.

Les deux applications se rejoignent sur la gestion et l’affichage des cibles AIS, avec calcul CPA/TCPA, ROT, alarmes d’approche. La réception de l’AIS peut se faire via NMEA en connexion directe aux instruments (récepteur ou transpondeur) ou par réception internet.

Enfin une différence fondamentale concerne la cartographie, dont je parlerai plus bas : iNavX propose l’utilisation d’un important catalogue de cartes de différents éditeurs, vectorielles avec Navionics, raster avec tous les autres. iSailor ne propose que la cartographie vectorielle TX-97 de son éditeur Transas.

Concernant les deux interfaces utilisateurs, c’est-à-dire l’ergonomie, je préfère ne pas me prononcer. L’appréciation de l’une ou de l’autre est par trop personnelle. Parlons plutôt des prix, comparaison bien plus objective.

Les prix tout compris

Deux modèles économiques s’opposent : une application payante mais dont (presque) toutes les fonctions avancées sont intégrées, et une application gratuite où (presque) toutes les fonctions avancées sont payantes. Que le meilleur gagne !

Cartographie

Pour que la comparaison soit cohérente, je ne comparerai que les cartes vectorielles Navionics (iNavX) et Transas TX-97 (iSailor).

Le découpage des régions est beaucoup plus morcelé avec Transas que avec Navionics. Pour qu’une comparaison soit valable, il faut considérer des zones géographiques équivalentes. Pas facile. De plus, les zones étendues de Navionics pénalisent les navigateurs qui ne fréquentent que des régions côtières limitées, alors que l’addition des zones réduites de Transas pénalisent ceux qui sillonnent de vastes régions. Prenons deux exemples qui concernent l’Europe de l’Ouest et la Méditerranée occidentale.

Pour obtenir l’équivalent de la région Europe Navionics 46XG ($80 ± 69 €) il faut additionner 175 €  de cartes Transas ! Mais tous les plaisanciers ne naviguent pas de la Belgique aux Açores et des Canaries jusqu’en Corse. Sachant que chaque zone géographique Européenne est vendue 25 €, pour le prix d’une Navionics je peux acheter presque trois zones Transas, par exemple Angleterre Sud + Manche + Atlantique jusque Vigo. Ce qui suffira largement à bon nombre de navigateurs.

Pour obtenir l’équivalent de la région Méditerranée Navionics 43XG ($80 ± 69 €), il faut additionner 150 € de cartes Transas, en ne dépassant pas la Turquie. Encore une fois tout le monde ne va pas naviguer en Grêce, mais il faut tout de même 75 € pour couvrir la Côte Française, les Baléares, la Corse et la Sardaigne, destinations privilégiées de nos compatriotes.

Indépendamment de la qualité de ces cartes, sur laquelle je me suis déjà suffisamment exprimé (³), on peut constater que les prix, malgré un découpage trompeur, sont pratiquement équivalents pour des zones géographiques d’une étendue normalement fréquentée par une majorité de plaisanciers. Navionics sera plus abordable pour ceux qui naviguent au grand large, et Transas pour la petite navigation côtière. Mais globalement ça se tient.

Enfin, importante précision : les cartes Navionics doivent être renouvelées tous les ans, pour pouvoir continuer à les mettre à jour, au prix d’achat initial. Il s’agit donc ni plus ni moins que d’un abonnement (auquel nul n’est obligé de souscrire). Jusqu’à ce jour, les cartes Transas sont mises à jour gratuitement depuis l’origine, ce qui ne saurait durer éternellement.


(¹) iNavX ou Navionics Marine [Mise à jour]
(²) iNavX 3.6.1 et les fichiers GRIB à haute-résolution
(³) https://blog.francis-fustier.fr/category/cartographie/

Facebooktwittergoogle_plusmail

Auteur : Francis

Depuis 2009 formateur conseil indépendant en informatique pour la navigation de plaisance. Traducteur de plusieurs applications de navigation sous iOS et MacOS. Professionnel de la navigation de plaisance pendant plus de 25 ans, je dispense de la formation aux applications ainsi que du conseil et de l'assistance pour l'intégration des appareils mobiles (tablettes, smartphones) à bord des bateaux de plaisance.

16 Commentaires

  1. Bonjour Francis,
    Merci pour ce rapide bilan. Pour info, j’ai essayé les quatre applications pour iOS depuis maintenant quatre ans: il s’agit de iNavX, iSailor, Plan2Nav et SEAiq, ceci lors de nos navigations du Chili jusqu’en Nouvelle Zélande.
    J’ai abandonné Plan2Nav assez rapidement, la comparaison de la cartographie avec les concurrents s’étant révélée en sa défaveur.
    J’ai longtemps eu une préférence pour iNavX, mais l’évolution de iSailor et celle de SEAiq joint à la politique commerciale de X-traverse, m’ont amené à n’utiliser que ces derniers. Pour exemple, j’avais acquis en 2013 la cartographie pour la Nouvelle Zelande (33XG) réservant l’achat de la suite du voyage aux années suivantes. Quand j’ai voulu acheter la cartographie de l’Australie (32XG) en 2014, j’appris que ces deux cartographies avait été regroupées sous une seule (50XG), et que je devais racheter la Nouvelle Zelande pour pouvoir avoir l’Australie. Enfin et plus déterminant, la cartographie Navionics ne couvre pas l’Ocean Indien!
    Mon utilisation de iNavX s’arrêtera donc en Nouvelle Calédonie.
    En ce qui concerne iSailor, et sauf erreur de ma part les options dites “NMEA” ne sont pas par abonnement, mais sont à un prix fixe.
    Enfin, l’achat des cartographies iSailor pour la suite de notre voyage de Brisbane a La Barbade, m’a coûté 100€.
    Alain

    • Merci Alain, tu as parfaitement raison, au temps pour moi, les interfaces NMEA sont bien à prix fixes. C’est corrigé. On peut effectivement traverser l’Océan Indien avec la 31XG puis la 30XG avant de remonter avec la 3XG sur le Brésil et les Caraïbes. Désormais la 50XG couvre tout le Pacifique, y compris Australie et Nouvelle-Zélande pour 80$.

  2. Correctif au sujet de la couverture des cartes Navionics de iNavx qui ne couvrent pas la partie sud de l’Ocean Indien.
    Alain

  3. Bonjour Francis,
    Merci pour ce billet.
    Je constate qu’avec la MAJ 4.1.3 que je viens de faire, je ne suis plus capable de sauvegarder les données dans Icloud drive. Dans ma précédente version cette fonction était visible sous ouvrir dans…/ Airdrop
    Maintenant elle a disparue !!!!
    Un bug de cette version ?

    • J’ai constaté et remonté le bug à Rich Ray. Il va faire un correctif (ennuyeux quand on met une nouvelle fonction en avant !).

  4. Bonjour,
    Etant capitaine marine marchande, j’ai effectué un stage ECDIS sur Transas à Southampton en 2012.
    Je souhaiterai utiliser l’application iSailor sur iPad, je dispose aussi d’un iPhone.
    Est il possible d’utiliser la collection de cartes achetées sur les deux appareils en même temps?
    Ou faut il acheter un collection pour l’Ipad et une autre pour l’Iphone?
    Merci et bon weekend

    • Oui, les cartes sont des achats “in-app” donc utilisables sur plusieurs supports avec le même identifiant iTunes. Les abonnements nécessitent un compte iCloud Drive activé.

    • merci beaucoup et félicitation pour tout votre travail

  5. Bonjour

    Ayant découvert il y a peu la possibilité de naviguer avec Ipad, je me suis renseigné sur votre blog.

    Cependant je me rends compte que cela est très complexe et je rois comprendre parfois et je vois qu’il me manque des éléments pour répondre à certaines questions comme : Quelles applications sont nécessaire pour naviguer et être autonome? Le support de carte, les différentes cartes marine mondiales, les mises à jour, etc…..
    Je vous remercie d’avance pour vos réponses.
    Je possède un ipad 2 wifi+ cellular (est ce suffisant pour faire tourner le système de lecture de carte et géolocalisation?)

  6. Bonjour,
    Existe t’il une notice en français pour iSailor ?
    Merci
    HC

  7. Gracias Francis, por la constante información que nos envías. Te deseo que en el nuevo año que comienza pases unos felices días en se mar que nos vio nacer. Recibe un cordial saludo.
    Arcadio

  8. Le bug constaté a propos des enregistrements de route sur Icloud vient d’être corrigé.
    On peut à nouveau le faire en GPX ou KML.
    Merci pour votre intervention auprès du développeur.
    Cdt
    Bruno

  9. Bonjour,

    Mise a jour ce matin d’iSailor… et surprise, plus d’interconnexion avec Weather4D PRO…
    Cordialement
    Fred