Navigation Mac

Le blog

NavPlay, une application de navigation tout-en-un venue d’Italie

Conçue par la société italienne NavCove srl, NavPlay est une application de navigation interactive qui permet la planification et le suivi des routes en temps réel. NavPlay représente un nouveau concept d’application ayant pour ambition de remplacer complètement la table à cartes en regroupant plusieurs outils simples d’emploi : cartographie, page d’instruments, vue combinée navigation, gestionnaire d’alarmes, livre de bord, journal personnel multimédia, sauvegarde sur le Cloud, pour les principaux.

Interface

Le choix de la cartographie s’est porté sur C-Map 4D, la même que celle utilisée par Plan2Nav de Jeppesen (¹) en alternance avec les images satellite Google Maps (avec connexion internet). C-Map étant toujours basée en Italie après son rachat par Jeppesen, cela peut sembler naturel. Comme la majorité des concurrents, les cartes s’achètent in-app, c’est-à-dire directement dans l’application via l’AppStore.

navplay

Le tableau de bord et la table à cartes

La page d’accueil présente un tableau de bord permettant d’accéder aux cinq écrans principaux et aux outils de l’application. On peut aussi faire défiler les vues par glissement des icônes sur la bordure droite ou gauche :

navplayDes idées innovantes

Pour la première fois sur iPad, une application de navigation intègre un livre de bord qui, de surcroit, enregistre automatiquement toutes les données de la navigation en temps réel : position, cap, vitesse, données des instruments connectés, notes manuscrites. Le trajet se dessine en miniature à côté d’un calendrier, on peut tourner les pages par glissement du doigt ou bien par un tap sur une date. Les données peuvent également être placées dans le journal personnel « Experience Maker », auquel on pourra ajouter des commentaires, des clichés ou des vidéos.

navplay logbookToutes ces informations de navigation pourront être sauvegardées sur un espace personnel sur le site www.navigationbook.com et partagées avec des invités, comme avec DropBox ou Google Drive. Cette fonction n’est cependant pas encore opérationnelle, je n’ai pas trouvé comment créer un compte.

Sur la carte, il est possible de créer une route, soit de façon classique par le menu contextuel en plaçant successivement les waypoints, mais encore mieux par un simple tracé du doigt à l’écran qui générera automatiquement la route. C’est assez bluffant. Il suffit ensuite de corriger si nécessaire la position des waypoints par glissement. On peut difficilement faire plus simple !

navplayLe menu contextuel, accessible par un tap sur la carte, permet également de lancer le calcul des distances, en dessinant un outil VRM/EBL à la manière de iSailor.

navplayUn choix économique surprenant

Tout cela semble très attractif, mais la suite l’est un peu moins. NavCove annonce sur iTunes Store une fonction de passerelle avec les instruments du bord. Cette fonction n’est pas encore disponible dans l’application. Toutes les données des instruments pouront être affichées à l’écran avec des cadrans en mode analogique ou numérique, dont la dimension, les unités et la position seront personnalisables. Le contrôle du pilote automatique depuis l’iPad, en manuel sur le cap ou automatiquement en suivant une route sera également intégré. Enfin un diagnostic de réception des données permettra de s’assurer d’une liaison permanente avec les instruments : vérification des fonctions des instruments, alarmes de déconnexion des données en cours de navigation, affichage de la liste des phrases NMEA reçues pour une évaluation rapide des problèmes.

Cependant, cette fonction majeure de l’application ne sera disponible que par abonnement annuel :

navplay instrumentsAu 5 € d’achat de l’application, il faudra donc ajouter au minimum une carte C-Map à 40 € (²) et un abonnement annuel à 45 € pour utiliser les instruments. Car sans abonnement vous ne pouvez même pas avoir les données simplement issues du GPS interne de votre iPad (COG, SOG, données liées à l’activation d’un waypoint ou d’une route). Cela revient à dire que l’application coûterait 50 € au départ (sans la carte) puis 45 € chaque année suivante. Ce principe est tout à fait surprenant, d’autant que la connexion aux instruments est généralement inutile pour les navigateurs non propriétaires de leur bateau, et ils sont nombreux.

NavCove explique ainsi leur modèle économique : ils souhaitent intéresser les fabricants d’électronique à implémenter dans leurs passerelles WiFi un système de « bon d’utilisation gratuite » pour une longue période (?), chaque appareil WiFi étant inscrit à l’intérieur de l’application comme une « unité de WiFi compatible ». Ce partenariat apporterait un avantage certain pour les clients utilisateurs de NavPlay qui pourraient ainsi ne payer que les 5 € de l’achat initial.

Souhaitons-leur de réussir, car aujourd’hui, malgré les réelles innovations présentes dans NavPlay, le prix d’entrée me paraît un peu dissuasif face à une concurrence déjà bien en place.


(¹) Plan2Nav la carto C-Map sur iPhone/iPad
(²) Attention, la couverture des dossiers de cartes C-Map est moins étendue que Navionics, il faut par exemple trois dossiers pour couvrir l’équivalent de la 46XG.

Facebooktwittergoogle_plusmail

Auteur : Francis

Depuis 2009 formateur conseil indépendant en informatique pour la navigation de plaisance. Traducteur de plusieurs applications de navigation sous iOS et MacOS. Professionnel de la navigation de plaisance pendant plus de 25 ans, je dispense de la formation aux applications ainsi que du conseil et de l'assistance pour l'intégration des appareils mobiles (tablettes, smartphones) à bord des bateaux de plaisance.

Un Commentaire

  1. En espérant que les bonnes idées inciteront le developpeur d’iNavx à améliorer son logiciel d’autant que le livre de bord existe déjà sur l’un de ses logiciel pour Mac. La création de route avec le doigt en évitant ou en contournant certains parages serait vraiment une belle avancée.
    Quand au mauvaises idées qui voudraient transformer les achats de logiciel en une sorte de location longue durée, espérons que les utilisateurs sauront se défendre en fuyant ce genre de pratiques.